top of page

Pétition internationale concernant le groupe d'experts de l'OMS (WHO)

L'OPS est co-signataire




L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé qu'elle avait constitué un Groupe d'Experts (« GDG », selon la terminologie de l'OMS) afin de superviser l'élaboration de nouvelles lignes directrices "sur la santé des personnes trans et des personnes de genre différent".

 

La première réunion de ce groupe a déjà été programmée pour les 19-21 février 2024 au siège de l'OMS à Genève. L'ordre du jour de la réunion est d'« interpréter les preuves », de « formuler des recommandations » et de « suggérer une mise en œuvre » concernant la promotion des traitements affirmant le genre, la formation des cliniciens, les politiques de santé et la "reconnaissance légale de l'identité de genre autodéterminée".

 

Si l’on peut se réjouir d’un projet visant à produire des directives mondiales, alors que parents, enfants et cliniciens sont souvent contraints à l’unique approche trans-affirmative édictée par WPATH, on ne peut être que très préoccupés par l’annonce de l’OMS pour les motifs suivants:

 

    - Partialité des experts: tel qu'il a été constitué, le groupe d'élaboration des lignes directrices est totalement partial, ne représente pas de diversité de points de vue et d'expériences et ne peut qu'aboutir à des lignes directrices biaisées. Cela aura des conséquences négatives sur la santé de centaines de milliers de jeunes.

 

    - Consultation publique restreinte: le temps alloué à la consultation publique est inacceptablement court (trois semaines pendant une période de vacances) et semble être superficiel : la réunion du groupe où les décisions critiques doivent être prises a déjà été programmée pour février 2024 à Genève.

 

    - Processus précipité: le délai entre l'annonce de la composition finale du GDG (18 décembre 2023) et la réunion au cours de laquelle des décisions d'une importance vitale doivent être prises (19 février 2024) n'est que de deux mois. Ce délai est insuffisant pour procéder à une analyse approfondie des données probantes et formuler des recommandations judicieuses et scientifiques sur la base de cette analyse.

 

Afin de garantir des lignes directrices qui respectent des normes les plus élevées en matière de soins et d’éthique dans le domaine de la médecine de genre, nous vous invitons à joindre votre signature à celles de nombreux professionnels de la santé de tous pays en signant et en diffusant largement dans vos réseaux la pétition accessible à l'adresse who-decides.org/ d'ici au 7 janvier au soir.




bottom of page