top of page

Gender as the New Language of Teen Rebellion

Dernière mise à jour : 18 janv.

Le genre comme nouveau langage de la rébellion des adolescents


Psychiatres, psychiatres pour enfants et adolescents et psychanalyste, assistants titulaires, département de psychiatrie/psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, New York Presbyterian Hospital Westchester

Paru le 5 décembre 2023

Résumé

L’apparition croissante d’adolescents aux identités de genre non conformes semble être associée à ce que les auteurs considèrent comme la manifestation contemporaine du phénomène de crise d’identité chez les adolescents . Ce phénomène s’exprime par un rejet et une réévaluation délibérés des rôles et normes conventionnels de genre. La crise d'identité de l'adolescent, telle qu'initialement conceptualisée par Erik Erikson (1956), constitue un phénomène inconscient aux multiples facettes qui se manifeste extérieurement dans les cadres familiaux et sociétaux. Un aperçu historique de la terminologie pertinente est fourni, suivi de la présentation de quatre vignettes cliniques choisies pour illustrer ce phénomène, ainsi que les conflits familiaux qui en résultent souvent. De plus, un cas clinique anonymisé est présenté, englobant le processus d'évaluation, la formulation psychodynamique ultérieure, les considérations thérapeutiques, le travail des parents et les ressources disponibles pour les patients et les familles. Les illustrations cliniques sont des cas composites et les données sont masquées pour protéger la vie privée et la confidentialité des patients. Un plaidoyer est lancé à la communauté scientifique pour une recherche approfondie et à long terme sur ce phénomène clinique.


Mots-clés : adolescence ; crise; dysphorie; genre; identité; non binaire ; non conforme.


Texte complet ici

crise adolescente et gender
.pdf
Télécharger PDF • 142KB






1 Comment


hrachats
Dec 10, 2023

On notera que la notion d'identité de genre provient des sciences sociales et non "de la rue"... La prétention "sociologique" de cette approche plonge toute une génération de jeunes dans le plus grand désarroi leur faisant croire que leur détresse proviendrait, finalement, d'une problématique de "genre" pour ne pas dire de "sexe", terme banni par les transactivistes. Où quand les sciences sociales prétentent s'opposer aux lois de la biologie et plus encore, être une réponse à une problématique psychologique. Car quel adolescent n'a pas connu une crise identitaire, passage (ou transformation) nécessaire vers l'âge adulte. Etrangement, l'on observe que ce sont les jeunes filles qui veulent devenir des garçons... Finalement, qu'en pensent les néo-féministes?

Like
bottom of page