top of page

Exploring the gender care experiences and perspectives of individuals who discontinued their transition or detransitioned in Canada

Dernière mise à jour : 18 janv.

(Deepl)


Kinnon R. MacKinnon ,

Wren Ariel Gould,

Gabriel Enxuga,

Hannah Kia,

Alex Abramovich,

June S. H. Lam,

Lori E. Ross

Publié : 29 novembre 2023


Résumé


Contexte

Les personnes qui se transforment ont fait l'objet d'une attention accrue de la part du public et des chercheurs, et leurs récits sont souvent présentés comme des preuves des limites des pratiques de soins contemporaines respectueuses de l'égalité des sexes. Cependant, il existe peu d'études empiriques sur la façon dont cette population a vécu son propre processus d'accès à des interventions médicales/chirurgicales respectueuses du genre, ou sur leurs recommandations en matière de pratiques de soins.


Objectifs

Explorer qualitativement les expériences de soins et les perspectives des personnes qui ont interrompu ou inversé leur transition de genre (appelée détransition).

Méthodes

Entre octobre 2021 et janvier 2022, des résidents canadiens âgés de 18 ans et plus ayant vécu l'arrêt, le changement ou l'inversion d'une transition de genre ont été invités à participer à des entretiens semi-structurés, individuels et virtuels. Un échantillon raisonné de 28 personnes a été recruté en diffusant des annonces sur les médias sociaux, auprès de cliniciens de six centres urbains et dans les réseaux sociaux des participants. Les entretiens ont duré entre 50 et 90 minutes, ont été enregistrés et transcrits mot à mot. Suivant la méthodologie constructiviste de la théorie ancrée, les données des entretiens ont été analysées de manière inductive et thématique en suivant un processus de codage en deux phases afin d'interpréter les expériences et les recommandations des participants en matière de soins liés au genre.


Résultats

Les participants étaient âgés de 20 à 53 ans (71 % avaient entre 20 et 29 ans). Tous les participants s'identifiaient au spectre LGBTQ2S+. Vingt-sept des 28 participants ont subi des interventions médicales/chirurgicales (60 % étaient âgés de 24 ans ou moins). Une majorité (57 %) a déclaré trois identités de genre antérieures ou plus, 60 % d'entre eux étant passés d'une identité transgenre binaire au moment où ils ont entamé leur transition à une identité non binaire plus tard au cours de leur parcours de transition. Pour accéder aux interventions médicales/chirurgicales, la plupart des participants ont été évalués par le biais du modèle de soins affirmant le genre et se sont également engagés dans une thérapie par la parole avec un prestataire de soins de santé mentale tel qu'un psychologue ou un psychiatre. Certains participants ont estimé que leurs soins n'offraient pas la possibilité de clarifier leurs besoins individuels en matière de traitement avant de procéder à la transition médico-chirurgicale. Le regret de la décision est apparu comme un thème à côté de l'insatisfaction à l'égard des procédures de "consentement éclairé" des prestataires, les participants estimant qu'ils auraient bénéficié d'une discussion plus approfondie sur les risques et les avantages des interventions avant la prise de décision concernant le traitement. Dans l'ensemble, les participants ont recommandé une approche individualisée des soins qui inclut les soutiens en matière de santé mentale.


Conclusions

Afin d'optimiser l'expérience des personnes qui recherchent et reçoivent des soins liés au genre, il est recommandé de mettre en place un processus de consentement éclairé complet comprenant des options de soins individualisées, comme le souligne l'Association professionnelle mondiale de la santé transgenre (World Professional Association of Transgender Health), normes de soins, version 8.





コメント


bottom of page