• Celso Arango

Le chef de la psychiatrie juvénile : "un boom de jeunes qui se disent trans et ne le sont pas"

Celso Arango, l'un des psychiatres les plus renommés d'Espagne, soutient que le nombre d'adolescents qui se disent trans sans l'être s'est multiplié en raison de l'idéologisation et estime que la loi trans « peut causer d'énormes dégâts ». Parrainez l'Association Amanda, des personnes concernées par cette "mode", qui se présente aujourd'hui.


Le psychiatre Celso Arango. BERNARDO DIAZ "C'est fou, ça va faire mal à beaucoup de gens, beaucoup de jeunes qui ont des troubles pensent qu'ils vont les réparer en devenant trans alors qu'ils ne le sont pas. La loi trans ne peut pas avancer comme ça." Ce n'est dit par aucun militant d'aucune sorte, par aucun opposant à la ministre Irene Montero , ni par aucun rival politique du gouvernement qui tente de mettre en œuvre la norme qui réglementera la transsexualité au cours de ces mois. Dit Celso Arango ( Palma de Majorque , 1968), l'une des plus grandes autorités de la psychiatrie espagnole, chef du département pédiatrique et juvénile de l'hôpital Gregorio Marañón de Madrid , professeur aux universités Complutense et Maryland , et ancien président de la Société espagnole de Psychiatrie . Arango est très alarmé par l'éventuelle approbation au Congrès des députés d'une loi trans qui exclut la supervision des professionnels de la santé mentale sur les adolescents, dit-il, qu'en réalité "ils ne sont pas trans, mais ont plutôt d'autres troubles et croient qu'être trans ils les surmonteront. Comme l' OMS a dépathologisé la transsexualité, ils ne nous ont pas demandé d'avis. Mais ce qu'ils veulent faire est scandaleux, et les vulnérables, les habituels, pourraient beaucoup souffrir. C'est pourquoi il parraine aujourd'hui, au Collège des médecins de Madrid, la présentation de l' Association Amanda , qui rassemble quelque 300 parents de toute l'Espagne qui affirment souffrir de la situation qu'il dénonce. Quelle vision avez-vous du Droit Trans tel qu'il est proposé dans le projet du Gouvernement ?


Professionnellement, j'assiste avec inquiétude à la gestation de cette Loi, car elle est loin de la réalité. De jour en jour à l'hôpital Gregorio Marañón, nous assistons à une explosion, un boom, une augmentation exponentielle d'adolescents qui se disent trans, beaucoup pour la mode, et ils ne le sont pas. Dans notre unité d'hospitalisation, si on avait habituellement un ou deux adolescents qui se disaient trans par an, maintenant 15 %, soit 20 % des admis. Evidemment ce n'est pas un chiffre normal, il ne répond pas à la réalité.


Quelle explication avez-vous à cela ?


Quand quelque chose comme ça apparaît et que ce n'est pas viral ou contagieux, vous vous demandez : à quoi cela répond-il ? Je suis très inquiet, connaissant la psychopathologie des adolescents, cette recherche immédiate de réponse, de gratification, de variabilité, de changement... Une des premières choses qu'on apprend en pédopsychiatrie, c'est d'attendre avant d'agir. Lorsqu'un enfant arrive et dit que sa vie ne vaut rien, avant de commencer un traitement pharmacologique, ce que vous faites, c'est prendre rendez-vous avec lui une semaine plus tard. Et peut-être que le problème a disparu.


Attendez simplement.


Oui, ces changements dans la population pédiatrique, chez les mineurs, sont très fréquents. Ce qu'on appelait autrefois dysphorie de genre, qu'on appelle maintenant incongruence, existe bien sûr, et je suis tout à fait d'accord pour qu'elle soit dépathologique et « dépsychiatrique », dans les cas où elle est réelle. Mais ce qui m'inquiète, c'est que la plupart des adolescents que je vois, quand je les étudie longitudinalement, disent qu'ils sont trans et qu'ils ne le sont pas. Et le problème, c'est que si cela conduit à une situation d'attentisme, ou à commencer une psychothérapie, eh bien. Mais si on parle de quelqu'un qui prétend être trans pendant trois semaines et qui va dans un centre privé et qu'on lui donne des hormones... Eh bien, c'est scandaleux. Nous faisons quelque chose qui est difficile à inverser, quand ce n'est pas irréversible. Et nous, en tant que professionnels de la santé, avons appris que notre première obligation est de prendre soin de la santé de nos patients. En deux visites vous ne rencontrez pas un patient, imaginez ceux qui se disent trans.


Bien qu'ils l'expriment avec une totale rotondité.


Logiquement, non. Il faut suivre les protocoles : attendre, écouter, faire des diagnostics différentiels... Le fait que je dise que les personnes trans ne sont pas à cause d'un trouble mental, c'est-à-dire que ce n'est pas une maladie, ne veut pas forcément dire que beaucoup de gens avec des troubles mentaux ne vont pas dire qu'ils sont trans sans l'être. Les deux choses sont compatibles et elles se produisent. Je vais vous donner un exemple extrême : si j'ai une personne schizophrène à qui les voix disent qu'elle est trans, que dois-je faire : est-ce que je lui donne des hormones ?


Vous réfutez l'autodétermination de genre.


Depuis lors. Et mélanger le genre avec le sexe, et donner l'image qu'on peut choisir le sexe qu'on a... Non, c'est fou. L'un est soit XX soit XY. Vivez comme vous voulez, mais le sexe est ce qu'il est, et nous médecins devons savoir quel est le sexe d'une personne, car les traitements sont parfois différents selon l'un ou l'autre.


Quelle serait la cause de cette avalanche ou boum dont vous parlez ?


Pour vous qui voyez des adolescents à l'hôpital Gregorio Marañón.Eh bien, écoutez, il y a un schéma de, disons, de faux cas : enfant exclu, avec autisme, peut-être harcelement, problèmes d'adaptation, Asperger, problèmes de relations sociales, qui trouve soudain un groupe de personnes qui l'accueillent et le soutiennent. Et que par le fait de dire qu'il est de l'équipe de foot X ou du parti politique Y, ils l'accueillent et il se retrouve...


Accepté.


Exactement, accepté. Eh bien c'est ça. C'était le problème, que j'étais trans. Tout sera réparé maintenant. Quand tu demandes à ces mecs : mais c'est quoi être trans, c'est quoi être une femme, être un homme, tu les démontes très facilement. Ceux qui le sont vraiment peuvent être vus dès l'âge de quatre ou cinq ans. A cet âge-là ils vous disent déjà que leur sexe les dégoûte, que s'ils le pouvaient ils l'enlèveraient, qu'ils ne mettront jamais de slip de leur vie. Et dans deux ans, ils sont toujours les mêmes. Et dans cinq, pareil. Et ils démontent tout ce que vous discutez avec eux. Nous avons vu ces secondes toute notre vie, elles souffrent de cette dysphorie dont nous parlions, et les traitements pour elles sont tout à fait justifiés. Mais c'est la proportion que je vous ai dite au début : dans notre hôpital, peut-être trois cas par an. Le problème est le premier. Maintenant, il y a une explosion de l'ancien.


Le lecteur se demandera : mais comment une telle loi peut-elle parvenir au Parlement sans que personne de la communauté scientifique ne lève la main ?


Les législateurs doivent écouter ceux d'entre nous qui servent ces gens. Attention, vous pouvez faire beaucoup de dégâts avec ça. Et je suis le premier en faveur de l'Organisation mondiale de la santé lorsqu'elle dit que la dysphorie de genre n'est pas un trouble mental, bien qu'il soit également vrai, remarquez, que les personnes atteintes de dysphorie de genre souffrent de nombreux troubles mentaux qui en découlent. Si l'hormonothérapie et la chirurgie sont bonnes pour ces personnes, alors fantastique, c'est à cela que sert la science. Mais je suis obligé de dire à ceux de l'hémicycle de venir voir ce qui se passe dans notre unité. Je t'invite à venir.


Mais pourquoi les professionnels de la psychiatrie ne viennent-ils pas dire cela ?


Ils ne nous ont pas demandé. Comme c'est dépathologisé, ils pensent qu'ils n'ont pas à nous demander. Il est vrai aussi que ce phénomène, le boom, est très récent, quelque chose des trois dernières années. La Société Espagnole de Psychiatrie vient de créer un groupe à ce sujet. C'est la solution de facilité : fuir en avant. 'C'est ce qui m'arrive. Je suis dans un corps qui n'est pas le mien et être trans va guérir tous mes maux. C'est un classique de l'adolescence, la solution magique, ici et maintenant, la désinhibition du lobe frontal, faites avant de penser. Ensuite, cela a deux autres aspects. C'est l'idéologie qui a aveuglé les promoteurs de cette loi, mais la nature est ce qu'elle est, il n'y a pas d'idéologie qui s'impose. Aucune idéologie, je précise, celle d'aucun parti, ni l'un ni l'autre. D'un autre côté, la manière dont cela est proposé comporte le risque que la médecine privée s'implique dans certaines actions et en bénéficie. Attention avec ça.


Mais alors, à votre connaissance, quels critères scientifiques ont été utilisés pour composer cette loi telle qu'elle est rédigée ?


Eh bien, je ne sais pas. Ils n'ont pas contacté les sociétés savantes. J'imagine que le critère a été idéologique. Si je pense que les personnes trans n'ont pas de problèmes de santé mentale, pourquoi devrais-je en parler aux médecins ? Je n'en ai pas besoin. C'est comme appliquer l'idéologie à l'euthanasie. Vous ne pouvez pas euthanasier quelqu'un qui souffre de dépression majeure, car vous lui donnez des médicaments et tout à coup, il se sent bien. Si vous autorisez l'euthanasie, cela s'appellerait un suicide. Un diagnostic différentiel doit être posé. À quelqu'un qui est venu à l'euthanasie après un raisonnement réfléchi, pesé, etc., cela peut être appliqué.



Et aussi

Les mères du collectif Amanda, Espagne

tribune qui fait état de leur mobilisation, parue lundi 17

https://theobjective.com/elsubjetivo/categoria/2022-10-17/transfobia-prudencia/

A lire le témoignage de mères espagnoles

https://www.libertaddigital.com/espana/politica/2022-07-09/ley-trans-cuando-tu-hija-adolescente-te-dice-de-que-es-trans-y-tu-luchas-para-evitar-un-dano-irreversible-era-una-secta-6914573/


Posts récents

Voir tout