top of page
  • Photo du rédacteurLa petite Sirène

La Société européenne de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent (ESCAP) a publié une déclaration politique sur la dysphorie de genre chez l'enfant et l'adolescent


trad. fr


La Société européenne de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent (ESCAP) a publié une déclaration politique sur la dysphorie de genre chez l'enfant et l'adolescent, appelant les prestataires de soins de santé à « ne pas promouvoir des traitements expérimentaux et inutilement invasifs ayant des effets psychosociaux non prouvés et, par conséquent, à adhérer aux principe "primum-non-nocere" (premièrement, ne pas nuire). La Société a souligné « la faible fiabilité et l'instabilité d'un diagnostic de dysphorie de genre chez un enfant spécifique au fil du temps » et les « effets possibles des décisions visant à bloquer la puberté ou à empêcher la transition médicale sur le développement psychosocial d'un enfant ». ESCAP a admis la possibilité que certains enfants puissent bénéficier d'une transition médicale, mais a reconnu le manque actuel de recherches de qualité pour déterminer le rapport risque-bénéfice. Il a fourni plusieurs recommandations clés axées sur la génération de recherches de qualité dans le domaine de la gestion de la dysphorie de genre chez les jeunes, avec un appel à différencier les pratiques expérimentales des traitements médicaux établis. ESCAP a également insisté sur le fait que « les résultats de la recherche sont publiés uniquement sur la base de critères de qualité et non sur la base de leurs résultats », suggérant qu'elle est consciente du biais de publication actuel, selon lequel les études faisant état de résultats de transition favorables sont systématiquement publiées même si elles sont profondément méthodologiques. défectueux. ESCAP a rappelé à tous les principes éthiques fondamentaux, en les plaçant dans le contexte des traitements contre la dysphorie de genre chez les jeunes :

1. Le principe de non-malfaisance : ne pas recourir en dehors du milieu de la recherche à des interventions expérimentales aux effets potentiellement irréversibles, ou aux conséquences à long terme inconnues ; n’adoptez pas de nouvelles pratiques prématurément sans preuves suffisantes ; ne continuez pas avec des pratiques dépassées qui pourraient ne pas être dans le meilleur intérêt du patient.

2. Le principe de bienfaisance : adopter des interventions médicales présentant un rapport bénéfice/risque favorable ; considérer le rapport bénéfices/risques de l’absence d’interventions médicales ; assurer un diagnostic et un traitement adéquats des troubles psychiatriques coexistants ; assurer une évaluation diagnostique complète de la dysphorie de genre au lieu de s’appuyer uniquement sur l’auto-évaluation des enfants et des adolescents

3. Le principe d'autonomie : impliquer les mineurs dans les processus décisionnels concernant leurs soins d'une manière adaptée à leur âge et à leur développement, en évaluant leur capacité à consentir ; adopter un processus de consentement éclairé adéquat pour des décisions éventuellement irréversibles à vie, garantissant que les enfants et les adolescents comprennent pleinement les risques potentiels, les avantages et la nature irréversible des traitements ; considérer les droits de leurs parents et tuteurs de consentir à toute intervention majeure ou à la participation de leurs enfants à la recherche sur des traitements expérimentaux ; considérer les droits de leurs parents et tuteurs à être pleinement informés de la garde actuelle de leurs enfants ; offrir un soutien et des ressources adéquats à ceux qui décident d’abandonner la transition vers le sexe qui leur a été assigné, et respecter leur décision de le faire.

4. Le principe de justice : garantir l'accès à des informations, à une évaluation et à un traitement fiables et à jour pour la dysphorie de genre, ainsi que pendant la transition ou la détransition ; adopter des mesures de précaution égales pour tous ; et protéger les droits des enfants et des jeunes en tant que groupe dans une phase de développement particulièrement vulnérable.


Enfin, la Société européenne de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent a réaffirmé la nécessité d'un débat ouvert, notant que « le respect de toutes sortes de points de vue et d'attitudes différentes est un élément essentiel d'un débat professionnel ouvert et continu que nous souhaitons stimuler ».



コメント


bottom of page