top of page

Incertitudes autour de la prise en charge actuelle du genre : cinq problèmes avec l'étude clinique

Dernière mise à jour : 18 janv.

[Article en néerlandais] publié le 1 er novembre 2023


Résumé (trad. fr.)

L'étude clinique « Les jeunes avec une incongruence de genre » publiée par des cliniciens néerlandais du genre [https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/37493291/] vise à décrire les soins de genre des adolescents néerlandais et leurs dilemmes. Ce commentaire aborde cinq objections sérieuses. Premièrement, l'étude ne parvient pas à tirer les conséquences de sa reconnaissance du manque de preuves : les bloqueurs de la puberté et les hormones sexuelles croisées ne répondent très probablement pas aux exigences des soins standards. Deuxièmement, il ne fait pas la distinction cruciale entre la dysphorie de genre apparaissant dans l’enfance et à l’adolescence. Troisièmement, son affirmation selon laquelle parmi les enfants qui passent du GnRHa aux hormones sexuelles croisées « 98 % continuent à utiliser ces hormones sur le long terme » est infondée. Quatrièmement, il ne reconnaît pas le dilemme selon lequel les bloqueurs de puberté peuvent entraver, plutôt que faciliter, le temps de réflexion. Cinquièmement, cela représente de manière inexacte la littérature sur les effets néfastes potentiels de la GnRHa sur le développement du cerveau. Le commentaire se termine par un appel à réformer les soins du genre aux Pays-Bas (Dutch gender care), à l’instar des exemples de la Suède et de la Finlande.





bottom of page