top of page

Démenti de l’Observatoire franco-belge la Petite Sirène

Dernière mise à jour : 22 sept. 2023


Nous apportons un démenti formel aux propos diffamatoires tenus à l’encontre de l’Observatoire la Petit Sirène (OPS), à la RTBF (radiotélévision belge francophone) le 15 septembre dernier[1]. Dans le cadre du débat relatif au contenu du guide EVRAS (éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle en milieu scolaire en Belgique francophone), la RTBF nous assimile sans preuve aux « complotistes », à « l’extrême-droite », au « réseau des désinformateurs sur l’EVRAS » et pour finir aux « adeptes de théories pédo-criminelles ». Tous propos qui feront l’objet d’une plainte.


L’Observatoire la Petite Sirène est un collectif pluridisciplinaire de professionnels praticiens et chercheurs : médecins, pédopsychiatres, psychologues, psychanalystes, juristes, anthropologues, sociologues, philosophes, juges pour enfants, enseignants en France et en Belgique, qui s’est constitué en 2021 indépendamment de tout parti politique ou appartenance religieuse (cf. notre charte[2]).


Ce collectif s’est créé à partir du constat de l’augmentation importante des diagnostics de dysphorie de genre et de transidentité chez les mineurs, entrainant un risque de prises en charge médicales lourdes, systématiques et parfois même immédiates, excluant toute concertation sociale sur le bienfondé de ces interventions, et cela au nom de l’affirmation du principe d’« auto-détermination de l’enfant ».


Sur base de principes louables de tolérance et de non-discrimination, les limites qui permettaient à l’enfant de se construire ont été disqualifiées sans plus distinguer limites structurantes et limites répressives.

On expose alors l’enfant très tôt à des contenus d’adultes alors qu’on oublie que pour pouvoir grandir, il faut d’abord avoir été encadré et avoir intégré les fondements nécessaires à l’humanisation dans son appareil psychique.


Les dégâts s’observent chez les enfants et adolescents au travers des nombreux troubles du comportement, intolérances à la frustration, récusation de toute autorité en famille, dans les écoles mais aussi dans les consultations de pédopsychiatrie et des services d’aide et de protection de la jeunesse.


La notion de genre peut être instrumentalisée et servir une idéologie qui, en tant que telle, n’a pas à être imposée aux enfants en cours de développement.


Notre Observatoire défend une position universaliste et vient d’ailleurs d’être honoré à Paris du prix « Marcelle Blum » par l’Académie des Sciences Morales et Politiques.


Tant que nous sommes en démocratie, la parole doit pouvoir s’énoncer d’autant plus qu’elle est probablement celle de la majorité silencieuse. Faute de quoi la violence s’invite, ce que nous condamnons avec la plus grande fermeté.

[1] https://www.rtbf.be/article/complotistes-extreme-droite-et-adeptes-de-theories-pedocriminelles-voici-le-reseau-des-desinformateurs-sur-levras-en-belgique-11256548 [2] https://www.observatoirepetitesirene.org/quisommesnous




245 vues

Comments


bottom of page