top of page
  • Photo du rédacteurLa petite Sirène

Au-delà de NICE : mise à jour systématique de la surveillance des preuves du blocage de la puberté et des hormones dans les soins de santé mentale avec dysphorie de genre



Une étude allemande

le 27 février 2024

Par

Florian D. Zepf, Laura Konig, Anna Kaiser, Caroline Ligges, Marc Ligges, Veit Rössner, Tobias Banaschewski et Martin Holtmann


Résumé :

Objectif : La suppression de la puberté physiologique à l'aide d'agents pharmacologiques bloquant la puberté (PB) et la prescription d'hormones sexuelles croisées (CSH) aux mineurs atteints de dysphorie de genre (GD) sont un sujet de discussion actuel et, dans certains cas, PB et CSH sont utilisés en pratique clinique pour cette population particulière. Deux revues systématiques (une sur le PB, une sur le traitement CSH) réalisées par le British National Institute for Clinical Excellence (NICE) à partir de 2020 n'ont indiqué aucun bénéfice clinique clair de tels traitements concernant les variables de résultats critiques. En particulier, ces deux revues systématiques du NICE sur l'utilisation du PB et du CSH chez les mineurs atteints de MG n'ont détecté aucune amélioration claire des symptômes de la MG. De plus, la qualité scientifique globale des preuves disponibles, telle que discutée dans les deux revues NICE mentionnées ci-dessus, a été classée comme « très faible certitude » en ce qui concerne les critères GRADE modifiés.

Méthode : La présente revue systématique présente une recherche documentaire mise à jour sur ce sujet particulier (utilisation du PB et du CSH chez les mineurs atteints de DG) suivant les principes NICE et les critères PICO pour toutes les nouvelles études de recherche originales pertinentes publiées depuis la publication des deux NICE mentionnés ci-dessus. revues (la période de recherche documentaire mise à jour était de juillet 2020 à août 2023).

Résultats : La recherche documentaire récemment menée n'a révélé aucune étude originale récemment publiée ciblant les résultats critiques et importants définis par le NICE et l'utilisation connexe du PB chez les mineurs atteints de MG selon les critères PICO. Pour le traitement par CSH, nous avons trouvé deux nouvelles études qui répondaient aux critères PICO, mais ces deux études en particulier comptaient un faible nombre de participants, n'apportaient aucune preuve claire supplémentaire significative des effets spécifiques et clairement bénéfiques du CSH chez les mineurs atteints de MG et pouvaient être classées comme « faible ». certitude » selon les critères GRADE modifiés.

Conclusions :Les études actuellement disponibles sur l'utilisation du PB et du CSH chez les mineurs atteints de DG présentent d'importants défauts conceptuels et méthodologiques. Les preuves disponibles sur l'utilisation du PB et du CSH chez les mineurs atteints de MG sont très limitées et basées uniquement sur quelques études avec un petit nombre, et ces études ont une méthodologie et une qualité problématiques. Il y a également un manque d’études adéquates et significatives à long terme. Les preuves actuelles ne suggèrent pas que les symptômes de la MG et la santé mentale s'améliorent de manière significative lorsque le PB ou le CSH sont utilisés chez les mineurs atteints de MG. Les interventions psychothérapeutiques visant à traiter et à réduire le fardeau ressenti peuvent devenir pertinentes chez les enfants et adolescents atteints de DG. Si la décision d'utiliser le PB et/ou le CSH est prise au cas par cas et après une évaluation complète et approfondie de la santé mentale, un traitement potentiel de problèmes de santé mentale éventuellement concomitants ainsi qu'après une évaluation minutieuse et minutieuse de la santé mentale. L'évaluation individuelle des risques et des bénéfices, dans le cadre d'études cliniques ou de projets de recherche, comme cela se fait actuellement en Angleterre, peut être utile en termes de génération de nouvelles données de recherche. Le supplément électronique (ESM) 1 est une version anglaise adaptée et abrégée de cet ouvrage.




Comments


bottom of page